Skip to Content

Aider les victimes/survivants

Comment aider une personne victime de violences domestiques et familiales? Les violences domestiques et familiales sont fréquentes - une femme sur trois subit de telles violences au cours de sa vie. Il existe des gestes concrets qui peuvent vous aider.

La violence domestique et familiale : la protection des enfants

1800RESPECT
19 AUG 2014

Qu'est-ce que je recherche?

Il existe des signes et des comportements communs chez les personnes qui subissent des violences domestiques et familiales. 

Les personnes qui subissent des violences domestiques et familiales peuvent:

  • arrêter de sortir sans raison apparente ou, lorsqu'on leur demande, dire qu'elles n'en ont pas le droit;

  • sembler anxieuses, déprimées, fatiguées ou avoir les larmes aux yeux sans raison apparente;

  • sembler timides, méfiantes, critiques envers elles-mêmes ou gênées à côté de leur conjoint, ou leur conjoint semble grossier ou désagréable avec elles;

  • présenter des blessures ou passer du temps à l'hôpital, ce qui doit éveiller vos soupçons;

  • justifier sans cesse leurs actes ou leurs dépenses;

  • déclarer qu'on les suit, qu'on les surveille, qu'on les traque ou qu'on les contrôle.

Pour en savoir plus, vous pouvez lire À propos de la violence domestique et familiale

Poser des questions

Finalement, le seul moyen de s'assurer qu'il existe un problème est de demander à la personne ce qui se passe.

Bien entendu, cela peut être difficile.

Des amis ou des membres de la famille peuvent tenter de petites questions directes comme:

  • Tout va bien à la maison?

  • J'ai remarqué ces bleus, c'est quelqu'un qui t'a fait ça?

  • On dirait que ton conjoint te fait peur, tout va bien?

  • Tu vas bien?

Libérez le temps nécessaire à l'écoute, et donnez à votre ami ou à votre proche des occasions de parler en privé, mais n'exercez pas de pression, ne l'affrontez pas. La pression et la confrontation risquent d'isoler un peu plus votre proche ou votre ami.

Comment agir

Parler de la maltraitance demande du courage. Beaucoup de victimes et survivants ont peur qu'on ne les croie pas. Il est très important, lorsque quelqu'un vous révèle qu'il est victime de violences, de prendre ses craintes au sérieux, même si vous pensez que son conjoint ou son ex a l'air charmant, gentil, sympathique. Les personnes qui perpètrent les violences domestiques et familiales peuvent être très fortes pour se présenter de manière positive en public. Cela peut faire partie du modèle de comportement abusif.

Voici quelques façons d'aider votre ami ou le membre de votre famille:

  • prenez ses craintes au sérieux;

  • la violence est toujours inacceptable. N'accusez pas la personne, ne minimisez pas la responsabilité de l'autre personne par rapport à la violence;

  • quitter un conjoint violent implique de faire face à de nombreuses barrières, à des choix difficiles et souvent à des craintes et à des inquiétudes tout à fait fondées, y compris l'escalade de la violence, la perte de domicile et la pauvreté. Il se peut que la victime et survivant ne soit pas prêt, ou qu'il ne soit pas prudent de partir;

  • souvenez-vous que la violence domestique et familiale implique plus que des actes de maltraitance physique. Les auteurs visent la confiance en soi par des termes désobligeants et de la cruauté mentale, et tentent de «miner» les personnes qu'ils maltraitent. Reconnaissez la force et la détermination qu'il lui faut pour assurer sa sécurité et celle de ses enfants;

  • aidez-la à choisir les options pour se mettre en sécurité, qu'il s'agisse de quitter l'auteur des violences ou de rester. Consulter la page d'organisation de la sécurité;

  • apportez une aide pratique (transports, rendez-vous, garde d'enfants, ou un endroit où s'enfuir). Renseignez-vous sur les services d'assistance contre les violences domestiques et familiales et proposez votre aide pour organiser un rendez-vous;

  • être témoin de violences a un impact sur toute la famille. Si des enfants sont impliqués, montrez-leur que vous prenez soin d'eux et que vous les aidez. Demandez également une assistance appropriée auprès d'un service d'aide à l'enfance ou à la famille dans votre quartier (liens);

  • parlez des ordonnances de protection qui existent dans votre état ou territoire.

Si vous voulez en savoir plus sur la manière d'apporter votre aide:

 

En cas de danger immédiat, demandez l'aide de la police au 000.

Pour passer des appels d'urgence à l'aide du service TTY ou du National Relay Service (pour personnes sourdes ou malentendantes), voir Calls to emergency services