Skip to Content

À propos de la violence domestique et familiale

Qu'est-ce que la violence domestique et familiale? Comprendre la violence domestique et familiale vous permettra de réagir.

La violence domestique et familiale: comment planifier pour prendre soin de soi

1800RESPECT
18 AUG 2014

Violence domestique et familiale

La violence domestique et familiale est un type de comportement abusif qui a lieu au sein d'une relation intime ou dans d'autres types de relations familiales, où une personne adopte une position de pouvoir sur une autre et lui fait peur. Ce type de comportement est également appelé violence domestique, violence familiale ou encore violence conjugale.

Ce genre de violence peut survenir dans des relations nombreuses et variées, par exemple : entre un mari et sa femme ou entre deux petits-amis; entre des adultes et des enfants ou entre des adultes et des parents plus âgés; entre d'autres membres de la famille comme des tantes, des oncles et des grands-parents ; ou entre des personnes vivant ensemble sans être en couple.

On parle alors souvent de type de coercition et de contrôle. Les personnes tyranniques sont parfois appelées «auteurs de violences».

La violence domestique et familiale ne s'arrête pas toujours lorsque la relation prend fin, elle peut aussi avoir lieu entre deux anciens conjoints.

Les oppresseurs utilisent de nombreuses tactiques pour maintenir leur pouvoir et leur contrôle, comme:

  • les agressions physiques, par exemple l'étouffement, les coups, les bousculades ou les menaces;

  • les actes de violence sexuelle, les relations sexuelles forcées ou le fait de forcer quelqu'un à effectuer des actes sexuels contre son gré;

  • la cruauté mentale, les insultes et le mépris, les traitements irrespectueux;

  • l'isolement des soutiens, de la famille et de la communauté, ou l'utilisation de la famille et de la communauté pour intimider la personne ; Cela peut inclure le fait d'envoyer des SMS ou de poster des messages sur Facebook;

  • la traque et la surveillance du «moindre geste», y compris sur Internet, via les réseaux sociaux, l'utilisation d'un système GPS, etcetera;

  • les sévices psychologiques, comme le fait d'attribuer à la personne la responsabilité du comportement; de dire à la personne maltraitée qu'elle a des problèmes de santé mentale ou des troubles liés à l'anxiété; de manipuler ou de déformer délibérément la réalité; de déplacer les meubles ou les effets personnels puis de nier les faits ; et le fait de nier que le comportement abusif a eu lieu;

  • l'abus financier, comme le fait de refuser de donner l'argent des dépenses quotidiennes ; empêcher quelqu'un de travailler ; manipuler le système de pension alimentaire des enfants ; intimider quelqu'un pour qu'il signe des documents juridiques et financiers qui l'endettent ; faire peur à quelqu'un pour exiger de l'argent;

  • empêcher quelqu'un de pratiquer sa religion, ou le forcer à adopter une religion qui n'est pas la sienne;

  • blesser ou menacer de blesser des proches, y compris les enfants;

  • blesser ou menacer de blesser un animal domestique;

  • l'abus juridique, comme le fait d'exploiter le système du droit de la famille afin d'intimider, d'épuiser, d'exploiter ou de mettre quelqu'un en position de faiblesse.

Les auteurs de violences peuvent exercer le contrôle de manière unique à chaque relation. Dans certaines relations, refuser l’accès à des traitements médicamenteux est un système de contrôle. Les comportements manipulateurs, comme la menace de suicide ou d'automutilation lorsqu'une personne veut mettre fin à une relation, font aussi partie des schémas de contrôle. Dans une situation où une femme souffrant de handicap a besoin d'assistance ou de soins, la privation de ces soins ou la manipulation de ces soins de manière à établir un système de contrôle est un abus de pouvoir inacceptable. Nuire aux soins maternels en empêchant les mères d'allaiter ou de calmer et de réconforter leurs enfants est une forme de violence domestique et familiale.

Les femmes ont plus de risques d'être victimes de violences domestiques et familiales

Les statistiques montrent que les violences domestiques et familiales sont plus souvent perpétrées par des hommes contre des femmes.

Certains groupes de femmes ont plus de risques de subir des violences domestiques et familiales:

  • Les femmes enceintes

  • Les femmes séparées

  • Les femmes souffrant de handicap

  • Les femmes aborigènes et originaires du détroit de Torrès

Quelques faits concernant la violence domestique et familiale

  • Les femmes ont plus de risques de subir des violences commises par leur conjoint ou leur ex-conjoint.

  • Les partenaires abusifs peuvent être charmants et respectés dans leur communauté, ou se présenter comme des victimes. Les personnes qui subissent de la violence domestique ou familiale disent souvent qu'elles vivent avec un «Dr Jekyll et Mr Hyde» ou «un ange a l'extérieur et un démon à la maison».

  • Les auteurs de sévices nient souvent leurs agissements ou reportent la faute sur la personne qu'ils violentent. Ils ont l'impression que leur comportement est justifié et qu'ils ont le droit se comporter de manière violente.

  • Même lorsqu'ils ne peuvent ni la voir ni l'entendre, les enfants vivant dans un contexte de violence domestique et familiale en sont affectés. Cela s'explique par la peur et les perturbations de la vie familiale subies par les personnes qui s'occupent d'eux. Pour les enfants, la violence domestique et familiale est un traumatisme.

  • Les gays, les lesbiennes, les personnes transgenres et intersexuées peuvent aussi subir des situations de violence ou de maltraitance.

Autres types de violences à la maison

Toute violence est inacceptable. Tout comme la violence domestique et familiale, d'autres types de violence peuvent exister au sein des familles et des relations. Ils ne sont pas forcément liés à des schémas de pouvoir et de contrôle, mais ils sont blessants pour les individus et nuisibles pour l'harmonie de la famille et de la communauté.

La violence peut se produire dans tous les types de relations. Cela inclut la violence des femmes envers les hommes, la violence ciblant les personnes plus âgées ou les personnes souffrant de handicap et la violence des adolescents à l'encontre de leurs parents.

Les personnes qui subissent d'autres types de violence ou de maltraitance à la maison peuvent être offensées, blessées ou humiliées de la même manière que les personnes qui subissent des violences domestiques et familiales.

La maltraitance sur les enfants est une forme de violence au foyer qui n'est en aucun cas acceptable. Si vous êtes une jeune personne victime de maltraitance, vous pouvez contacter la Kids Helpline au 1800 55 1800, ou appeler la police au 000. Si vous êtes en danger immédiat, appelez la police au 000.

Si vous subissez l'un de ces types de violence au sein de votre famille ou dans une relation, les informations présentes sur ce site vous seront toujours utiles, ainsi que la plupart des services listés ici. La ligne 1800RESPECT peut apporter du soutien et des informations aux personnes vivant avec tous les types de violence ou de maltraitance relationnelle à la maison. Appelez le 1800 737 732.

En cas de danger immédiat, demandez l'aide de la police au 000.

Pour passer des appels d'urgence à l'aide du service TTY ou du National Relay Service (pour personnes sourdes ou malentendantes), voir Calls to emergency services